Comment devenir chauffeur VTC ?

Le métier de chauffeur VTC a de beaux jours devant lui avec le développement de plateforme de réservation en ligne sur tout le territoire français. Cependant, exercer cette profession ne s’improvise pas.
Voici tout ce que vous devez savoir pour devenir chauffeur VTC.

Formation et examen

Avant de pouvoir travailler, le chauffeur VTC doit obligatoirement passer un examen spécifique auprès de la Chambre des Métiers de l’Artisanat ou CMA. Il est présenté sous forme de questions à choix multiples ou à réponses courtes.
Il aborde plusieurs thèmes variés sur le métier :

– La sécurité routière ;
– La réglementation routière ;
– La réglementation française des VTC ;
– La gestion de l’entreprise ;
– Les compétences en français et en anglais ;
– La gestion commerciale.

Vous devrez passer deux épreuves :

– Une épreuve théorique d’une durée de 4h, la moyenne est exigée ;
– Une épreuve pratique de 45 minutes où on vous demandera de réaliser une mission complète de VTC : anticipation de la course, façon de conduire, respect de la sécurité routière, communication avec le client, mode de facturation, etc. Vous devrez obtenir un minimum de 12 sur 20

Cet examen a un coût moyen de 200 euros. Même si cela ne constitue pas une obligation, il est possible de préparer l’examen grâce à une formation VTC payante.
Il est à savoir que les chauffeurs VTC ont pour obligation, tous les 5 ans, de suivre un stage de formation dans un centre agréé.

Obtenir sa carte professionnelle

Pour demander votre carte professionnelle VTC qui vous permettra de démarrer votre activité, il vous faudra écrire à la préfecture du département. Mais attention, votre demande ne sera acceptée que si vous répondez à des exigences strictes :

– Avoir le permis B depuis au moins 3 ans ;
– Avoir suivi la formation PSC1 ou Prévention et secours civiques de niveau 1 depuis moins de 2 ans ;
– Avoir passé avec succès une visite médicale qui vous déclarera apte ;
– Avoir validé l’examen détaillé plus tôt dans l’article ;
– Ne pas avoir subi de condamnations relatives au bulletin n°2 du casier judiciaire.

L’obtention de la carte VTC vous permettra de rouler mais vous devrez aussi respecter d’autres règles.

Quelle réglementation ?

La réglementation touche plusieurs aspects du métier.

Le véhicule

Vous ne pouvez pas devenir chauffeur VTC avec n’importe quel véhicule. Il devra comporter de 4 à 9 places, être équipé d’au moins 4 portes et être âgé de moins de 6 ans. La puissance du moteur devra s’élever à 120 chevaux. Vous devrez disposer deux vignettes sur le véhicule afin de le distinguer des taxis.

L’assurance

Vous devrez souscrire à une assurance de véhicule spécifique et une assurance responsabilité civile professionnelle.

Liberté des tarifs

Au contraire des taxis, les chauffeurs VTC sont libres de pratiquer les tarifs qu’ils souhaitent car les prix ne sont pas réglementés. Vous aurez par contre l’obligation de donner une information aux clients sur les émissions de CO2.

Quelle TVA pour les VTC ?

Les VTC sont soumis à deux régimes de TVA différents :

– Lorsque la tarification dépend de la distance effectuée : TVA à 10 % ;
– Lorsque la destination d’arrivée est connue : TVA à 10 % ;
– Lorsque la tarification se calcule à l’heure et peu importe la distance parcourue : TVA à 20 %.

Quel statut juridique choisir ?

Comme dans toute création d’entreprise, devenir chauffeur VTC demande de s’immatriculer et donc de choisir un statut juridique.

Beaucoup de chauffeurs VTC qui souhaitent développer leur activité se tournent préférentiellement vers la SASU car elle permet déduire les charges professionnelles et de n’être imposé que sur les bénéfices. Il n’y a pas de limitation au niveau du chiffre d’affaires.

Les chauffeurs qui souhaitent exercer de façon occasionnelle auront plus intérêt à devenir auto-entrepreneur car ils ne paieront pas de charges sociales si le chiffre d’affaires est inexistant.

Votez ci-dessous en cliquant sur le nombre d'étoile souhaité

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 vote(s), moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...