Comment devenir consultant ?

De par votre formation et votre expérience, vous possédez une solide expertise dans un domaine bien précis ? Vous souhaitez partager et transmettre ce savoir en vous mettant à votre compte en tant que consultant freelance ? Est-ce possible de s’installer sans diplôme ? Pour exercer en tant que consultant, faut-il privilégier le portage salarial, le statut d’auto-entrepreneur ou créer sa propre entreprise de consulting ?

Quelles sont les qualités requises chez un bon consultant ?

Le consultant est un expert dans son domaine d’activité. Sa mission principale ? Comprendre la problématique de son client et la solutionner en instaurant un protocole ou de bonnes pratiques sur-mesure. Le consultant peut ainsi intervenir dans des domaines variés comme les ressources humaines, le marketing, la communication d’entreprise, le référencement naturel, la comptabilité, la qualité produit, la gestion de patrimoine, etc.

Si une parfaite maîtrise des compétences est essentielle, ce professionnel doit également faire montre de qualités tout aussi indispensables telles que :

  • le sens de l’écoute : le consultant est amené à avoir plusieurs interlocuteurs au sein d’une même structure. En plus d’un bon relationnel, le sens de l’écoute est indispensable ;
  • de bonnes capacités d’analyse : si le client fait appel à un consultant, c’est parce qu’il ne peut pas lui-même résoudre le problème auquel il est confronté. Cela peut-être parce qu’il ne parvient pas à l’identifier ou à le solutionner, ou tout simplement parce qu’il n’a pas les ressources humaines au sein de son équipe. Savoir comprendre la situation, analyser la difficulté et apporter un regard neuf à la problématique sont donc des fondamentaux de tout bon consultant ;
  • être force de proposition : une entreprise faisant appel un professionnel externe attend de ce dernier accompagnement et conseil.

Portage salarial, micro-entreprise ou création de société pour devenir consultant ?


En théorie, n’importe quel statut juridique peut être envisagé pour créer son activité de consulting. Pourtant, certaines de ces formes se prêtent bien mieux que d’autres à l’exercice de cette profession.

Peut-on devenir consultant auto-entrepreneur ?

Il est tout à fait possible de s’installer comme consultant auto-entrepreneur. Toutefois, le régime de la micro-entreprise (anciennement auto-entreprise) n’est pas du tout la plus adaptée en raison :

  • du plafond du chiffre d’affaires ;
  • du manque de crédibilité qu’inspire un tel statut juridique pour une activité de conseil.

Le portage salarial pour exercer en tant que consultant ?

Le portage salarial permet à l’entrepreneur de devenir consultant freelance sans créer de structure dédiée à son activité. En effet, le professionnel exerçant dans le cadre du portage salarial est salarié d’une entreprise qui loue ses services au profit d’un client.

Cette formule offre l’avantage d’une grande simplicité de mise en place, tout en permettant au consultant de rester totalement autonome.

Création de son entreprise de consulting

La création d’une entreprise de consulting est la solution bien souvent privilégiée par les porteurs de projet car ceux-ci peuvent ainsi bénéficier d’une protection de leur patrimoine privé.

En outre, selon la forme juridique retenue, d’autres avantages sont à prendre en considération :

  • EURL : en raison de votre statut de travailleur non salarié (TNS), votre rémunération sera moins coûteuse pour votre entreprise. Par ailleurs, dans le cadre de la loi Madelin, vous pouvez transférer une partie des bénéfices de votre société vers votre patrimoine privé ;
  • SAS : la société par actions simplifiée unipersonnelle permet aux entrepreneurs de bénéficier d’un statut assimilé à celui d’un salarié. Le dirigeant affilié à la Sécurité Sociale bénéficie donc de tous les avantages d’un salarié. De plus, la gestion d’un tel régime fait preuve d’une grande flexibilité très appréciée par les PME et start-ups.

Le choix de la forme juridique de votre future entreprise de consulting peut également se décliner en SARL et SAS si vous décidez de vous lancer dans ce business avec un ou plusieurs associés.

Dans tous les cas, il ne vous reste plus qu’à procéder à la rédaction des statuts juridiques et à l’immatriculation de votre entreprise pour démarrer votre activité.

Votez ci-dessous en cliquant sur le nombre d'étoile souhaité

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 vote(s), moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...