Comment devenir freelance ?

Depuis quelques années, les chefs d’entreprises sont de plus en plus réticents à embaucher, préférant la solution de l’externalisation de certaines prestations auprès de travailleurs indépendants. Quel est donc l’avantage pour un entrepreneur de s’installer en freelance ? Quels sont les inconvénients et les avantages du travail en tant qu’indépendant ? Comment devenir freelance ?

Qu’est-ce qu’un freelance ?


Le terme de freelance est un anglicisme bien pratique qui se traduit en français par travailleur indépendant. Dans le langage courant, le freelance est la personne qui occupe à la fois les postes de dirigeant et d’employé au sein de sa propre entreprise.

Si le travail en freelance s’est considérablement développé ces dernières années dans l’Hexagone, c’est pour répondre à l’évolution de la demande sur le marché du travail. En effet, les dirigeants et chefs d’entreprises cherchent de moins en moins à recruter directement et davantage à faire appel à des prestataires externes pour des missions plus ou moins importantes.

Faire intervenir un freelance permet alors de répondre à un besoin qui peut être ponctuel ou récurrent, tout en bénéficiant du savoir-faire d’un expert en référencement naturel, en gestion de patrimoine, en comptabilité, en traduction, etc.

Se mettre à son compte : avantages et inconvénients

Vous êtes sur le point de donner votre démission pour exercer en tant que freelance ? En effet, de nombreux salariés franchissent le pas en raison des multiples avantages que présente le fait de s’installer en freelance. Le premier d’entre eux est de ne plus avoir de hiérarchie. Par ailleurs, être indépendant, cela signifie aussi décider seul de l’orientation de sa carrière professionnelle, avec toute liberté de pouvoir laisser libre cours à sa créativité.

Autre aspect séduisant, l’organisation du travail qui est évidemment bien plus souple. C’est en effet à chacun de définir son rythme, sans perdre de vue de se calquer sur celui de ses clients. Cela laisse également plus de disponibilités pour la vie familiale puisqu’il est tout à fait possible de répartir ses heures de travail durant la semaine ou le weekend, selon le bon vouloir de chacun.

Il ne faut toutefois pas perdre de vue que devenir travailleur freelance implique un certain travail supplémentaire, notamment pour tout ce qui est administratif et fiscal, sans oublier la recherche de clients.

Quel statut juridique pour devenir freelance ?

Pour vous lancer dans le freelancing, cinq statuts juridiques sont envisageables :

  • le régime de la micro-entreprise : démarches simplifiées, charges sociales modérées, se lancer en tant qu’auto-entrepreneur permet de démarrer son activité en limitant les risques. Toutefois, il ne s’agit là que d’un statut de transition au profit d’un autre régime dès que le chiffre d’affaires devient conséquent ;
  • le portage salarial : opter pour le portage salarial permet de ne pas avoir à prendre en charge les différentes obligations administratives. En effet, vous serez salarié pour le compte d’une entreprise qui loue vos services. Pour autant, vous restez autonome ;
  • l’EURL : il s’agit d’une SARL avec un seul associé. Votre responsabilité se limite au montant du capital investi dans la société. Vos biens personnels sont protégés ;
  • la SASU : là encore il est question de la forme unipersonnelle de la SAS. Ce statut est plébiscité par les start-ups et les freelances en raison de sa souplesse en terme de sa gestion. Par ailleurs, le dirigeant a un statut assimilé à celui des salariés, avec une affiliation à la Sécurité Sociale et non au régime des TNS.
Votez ci-dessous en cliquant sur le nombre d'étoile souhaité

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 vote(s), moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...