Comment ouvrir un gîte ?

En France, plus de 90 000 locations meublées sont destinées aux touristes. Vous possédez un bien immobilier et vous souhaitez le dédier au tourisme ? Vous avez envie d’ouvrir un gîte ? Retrouvez dans cet article les éléments à maîtriser pour mener à bien votre projet.

Faut-il un diplôme pour ouvrir un gîte ?

Les gîtes sont des locations qui comportent des meubles, loués en général sur une période d’une semaine. Ainsi les locataires peuvent disposer d’une cuisine, d’un salon ou encore de chambres complètement équipées.

Les gîtes se différencient des chambres d’hôtes qui sont des lieux aménagés où les personnes dorment et consomment leur petit déjeuner. L’hébergement se passe dans la maison du propriétaire et les pièces de vie sont communes à tous.

Il ne faut pas de diplôme spécifique pour ouvrir un gîte. Cependant, il est fortement recommandé de préparer cette future activité avec sérieux. Etude de marché, business plan sont indispensables pour réussir à mener à bien ce projet.

Quelles sont les démarches administratives pour ouvrir un gîte ?

Pour ouvrir un gîte, vous allez devoir accomplir des démarches administratives auprès de plusieurs organismes.

Se rendre à la mairie de la commune

Vous ne pouvez ouvrir un gîte que si vous avez effectué préalablement une déclaration auprès du maire de la commune. La déclaration devra contenir :

– l’identité du propriétaire du gîte et son adresse ;
– l’adresse du gîte ;
– combien de pièces composent le gîte et combien de lits y sont disponibles ;
– les périodes ouvertes à la location.

Cette déclaration est une première étape.

S’inscrire auprès du CFE

Faire vivre un gîte n’est pas soumis à la création d’un statut professionnel quand c’est ponctuel ou occasionnel. Toutefois, si l’activité devient habituelle, elle devient une activité commerciale et demande à ce que vous vous inscriviez au Registre du Commerce et des Sociétés.

Quelle est la réglementation en vigueur ?

Toute ouverture de gîte demande de se soumettre à une réglementation très claire sur le plan de l’implantation et de la configuration du bâtiment.

Une implantation réglementée

Tout gîte doit être implanté dans une zone rurale à vocation touristique. Il est situé à l’intérieur ou à l’extérieur d’un bourg.

Les immeubles en copropriétés ou qui ne présentent pas d’espaces extérieurs ne peuvent pas être employés comme gîte.

Quel doit être l’équipement minimal ?

Tout gîte doit au minimum être composé :

– d’une salle commune qui sera meublée ;
– d’un coin cuisine avec un évier, une cuisinière, un réfrigérateur, une table et des chaises, un placard et les ustensiles nécessaires ;
– d’une salle d’eau avec lavabo et douche ;
– des toilettes à l’intérieur du gite ;
– d’une ou plusieurs chambres meublées et indépendantes.

Sans ces aménagements requis, votre gîte ne sera pas aux normes.

Gîte : classement et label

Il n’existe pas d’obligation à faire classer son gîte. On parle de démarche volontaire de la part du loueur. Le classement, de 1 à 5 étoiles, est valable 5 ans. Il est un gage de qualité et permet de rassurer les touristes quand ils effectuent leur réservation. Votre gîte pourra aussi apparaître sur des sites reconnus.

De plus, vous bénéficierez de plusieurs avantages fiscaux comme un abattement de 71 % pour les micro-entreprises.

Cependant, vous serez moins libre de vos choix car le gîte devra satisfaire à une grille de critères bien précise.

Les étoiles sont attribuées en fonction du confort et des équipements proposés par le gîte. Elles font suite à une visite de classement par des labels qu’il vous faudra solliciter.
Il est nécessaire de se renseigner au préalable sur les différents labels et leurs critères d’évaluation ainsi que leur niveau d’exigence.

Votez ci-dessous en cliquant sur le nombre d'étoile souhaité

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 vote(s), moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...