Création entreprise de rénovation

Poussé par les pouvoirs publics et par diverses incitations fiscales, le secteur de la rénovation énergétique de l’habitat connaît un essor important en France.
Vous avez vous aussi envie de profiter de ce marché en pleine croissance pour vous lancer dans la création de votre entreprise de rénovation ? Quelles sont les différentes démarches pour vous mettre à votre compte ?

Quelles formations pour se mettre en indépendant ?

Ouvrir son entreprise de rénovation sans diplôme : est-ce possible ?

Le cadre législatif français est relativement rigide puisque toute activité professionnelle touchant au bâti est considérée comme artisanale.
Cela implique que, pour prétendre à la création de votre entreprise de rénovation, vous devez justifier d’un certain niveau de formation dans les domaines sur lesquels vous interviendrez.
Ainsi, vous souhaitez vous spécialiser dans la rénovation des portes et fenêtres, vous devez être titulaire d’un CAP ou d’un BEP menuiserie (ou de tout autre diplôme équivalent).

La création de votre entreprise de rénovation sans diplôme est toutefois possible dès lors que vous pouvez justifier d’une expérience professionnelle de 3 ans dans le même domaine au sein de l’Union européenne.

SPI, le stage obligatoire de la chambre des métiers de l’artisanat

L’immatriculation de votre entreprise auprès du CFE dont vous dépendez n’est possible qu’à partir du moment où vous avez suivi le SPI (stage de préparation à l’installation) de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA). D’une durée de 30 heures réparties sur 5 jours, celui-ci a pour but de sensibiliser le stagiaire à des notions essentielles telles que la prospection, la gestion ou encore le cadre législatif.

Là encore, il est possible d’être dispensé de ce stage si vous l’avez déjà effectué par le passé ou si vous êtes déjà chef d’entreprise.

Business plan : une étape indispensable

Le business plan est une étape incontournable pour tout porteur de projet. En effet, le plan de développement est un document permettant de détailler votre projet de création d’entreprise en :

– Précisant votre stratégie économique et de développement ;
– Identifiant les points forts de votre offre ;
– Mettant en évidence que vous répondez à une attente des consommateurs ;
– Présentant de manière précise votre stratégie économique et commerciale ;
– Soulignant les points forts votre offre commerciale ;
– Définissant les moyens nécessaires pour parvenir à vos objectifs ;
– Estimant l’évolution à court terme de votre chiffre d’affaires.

Si vous êtes à la recherche d’investisseurs ou si vous désirez contracter un prêt bancaire professionnel auprès d’un établissement bancaire, c’est ce plan de développement qui vous sera demandé.

Quel statut juridique pour votre entreprise de rénovation ?

Comme pour toute création de société, le choix du statut juridique de votre future entreprise de rénovation est une étape cruciale. Avec ou sans associé, différentes possibilités s’offrent à vous.

Création d’entreprise sans associé

Il est tout à fait possible de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale seul. Vous pouvez alors opter pour :

La micro-entreprise ou l’entreprise individuelle : ces statuts juridiques ne nécessitent que peu de démarches administratives et comptables, ce qui séduit bon nombre d’entrepreneurs.
Pour autant, ceux-ci limitent l’accès à bon nombre de marchés publics ;

L’EURL : créer son entreprise en EURL permet de lever les différents freins évoqués précédemment. En outre, l’EURL permet de faire le distinguo entre le patrimoine de votre entreprise et votre patrimoine personnel, protégeant ainsi ce dernier ;

La SASU qui vous offre les avantages du statut de salarié.

Création d’entreprise avec des associés

Dès lors que vous vous associez, le choix du futur statut de votre structure se réduit à deux possibilités :

La SARL : malgré un certain nombre de contraintes fiscales et administratives, ce statut offre bon nombre d’avantages, à commencer par la protection du patrimoine personnel ;

La SAS : chacun des associés bénéficie d’un statut de gérant salarié et de tous les avantages en découlant.

À noter : en plus de toutes ces démarches, vous devrez vous soucier de souscrire à un certain nombre d’assurances au rang desquelles l’assurance décennale qui est obligatoire, mais également l’assurance responsabilité civile professionnelle.

Votez ci-dessous en cliquant sur le nombre d'étoile souhaité

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 vote(s), moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...