Création entreprise électricité

Vous souhaitez vous mettre à votre compte en tant qu’électricien ? Monter votre propre société d’électricité ? Business plan, qualification professionnelle requise, choix du statut juridique, immatriculation à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, SPI, quelles sont les différentes étapes pour devenir indépendant ?

Création d’une entreprise d’électricité : les qualifications requises

Pour vous mettre à votre compte en tant qu’électricien, vous devez être titulaire d’un CAP, d’un BEP ou de tout diplôme équivalent dans le domaine de l’électricité. Vous pouvez également vous lancer dans cette activité sans diplôme dès lors que vous pouvez justifier d’une expérience professionnelle de moins 3 ans comme électricien, que ce soit en France ou en Europe. *

À noter : dans le cadre de la création d’une entreprise avec plusieurs associés, la loi impose d’avoir dans son équipe au moins une personne titulaire de la formation exigée. Cela peut-être l’un des associés ou l’un des salariés.

Monter son entreprise d’électricien: les différentes étapes

Réalisation d’un business plan

Se lancer dans l’aventure entrepreneuriale ne peut se faire à l’aveugle. Comme pour n’importe quelle autre création d’entreprise, vous devrez donc réaliser un business plan. L’objectif de ce dernier est :

– D’apporter la preuve de la pertinence de votre projet qui doit donc correspondre à une réelle attente sur la zone de chalandise visée ;
– De faire le point sur l’ensemble du matériel, des véhicules et des locaux dont vous aurez besoin pour le fonctionnement de votre activité ; -D’établir un prévisionnel financier.

La réalisation d’un business plan est essentielle car elle vous permet d’apporter la preuve de la faisabilité de votre projet, notamment à l’attention des établissements bancaires si vous devez solliciter un prêt pour démarrer.

Choix du statut juridique

Le choix du statut juridique de votre future activité d’électricien est très important. Celui-ci influe sur de nombreux aspects, notamment en ce qui concerne la protection de votre patrimoine personnel ou sur votre fiscalité.

Dans l’hypothèse où vous désirez démarrer seul votre activité, trois possibilités s’offrent à vous :
Auto-entrepreneur électricien : peu de contraintes administratives et de charges, mais un chiffre d’affaires plafonné. À moyen terme, ce dernier point peut entraver votre développement ;

SASU électricité : vous êtes salarié de votre propre entreprise avec tous les avantages que cela représente comme l’allocation chômage en cas de défaillance, une cotisation à la Sécurité Sociale et non à l’ex RSI, etc ;

EURL électricité : ce statut juridique permet de différencier le patrimoine de l’entreprise de votre patrimoine personnel, et donc, de protéger ce dernier.

Si vous souhaitez monter votre entreprise d’électricité avec un ou plusieurs associés, vous pourrez choisir entre la SAS et la SARL. Ces deux formes juridiques offrent à chacun des associés les mêmes avantages que, respectivement, la SASU et l’EURL.

Les obligations légales

Pour prétendre devenir votre propre patron dans le domaine de l’électricité, il vous faudra remplir un certain nombre de formalités au rang desquelles :
L’immatriculation auprès du centre des formalités des entreprises (CFE) de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) pour les structures comptant moins de 10 salariés ou de la Chambre du Commerce et d’industrie (CCI) ;
– L’inscription au stage de préparation à l’installation (SPI): avant toute immatriculation, le futur entrepreneur doit obligatoirement suivre ce stage auprès de la CMA. Sa durée est de 30 heures réparties sur 5 jours consécutifs. Son coût est à la charge du stagiaire (environ 200 €).

L’objectif de ce stage est de sensibiliser le futur chef d’entreprise sur tout ce qui est prospection, juridique, gestion,etc

Le respect de la réglementation en vigueur

Comme bien des métiers, la profession d’électricien est amenée à évoluer rapidement, notamment en termes de bonnes pratiques et de normes à respecter. C’est donc au professionnel de se tenir informer des différentes évolutions au niveau des normes françaises ou européennes en application, notamment en se tournant vers l’une des fédérations dédiées aux professionnels de l’électricité.

Votez ci-dessous en cliquant sur le nombre d'étoile souhaité

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 vote(s), moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...