Tout savoir sur la carte VTC

En France, de plus en plus de personnes souhaitent entamer une carrière de chauffeur VTC. C’est une profession strictement réglementée qui exige que le conducteur ait une carte de VTC.
Voici toutes les informations que vous devez connaitre sur cette fameuse carte professionnelle C.

Qu’est-ce que la carte VTC ?

Véritable permis professionnel, la carte VTC permet d’exercer la profession de chauffeur VTC.

Le VTC, Voiture de Transport avec Chauffeur, ne peut rouler légalement que si la course a été réservée en amont sur une plateforme. Il n’a pas le droit de marauder au contraire du taxi.

Le chauffeur VTC peut être indépendant ou bien salarié. Obtenir cette carte professionnelle est obligatoire pour conduire un VTC.

Comment obtenir la carte VTC ?

Pour recevoir la carte professionnelle VTC, vous devez faire une demande écrite à la Préfecture de votre département. Si vous habitez à Paris, vous solliciterez la Préfecture de Police.

Vous pourrez l’acquérir uniquement si votre situation répond à des critères bien précis :

– Obtention du permis B depuis plus de 3 ans ;
– Suivi de la formation de prévention et secours civiques de niveau 1 depuis moins de 2 ans ;
– Certificat médical donné par un médecin agréé ;
– Réussite à l’examen VTC ;
– Bulletin n°2 du casier judiciaire vierge.

Le délai moyen pour recevoir sa carte VTC est de 3 mois mais ce temps peut varier en fonction des préfectures.

Réussir l’examen VTC : étape incontournable pour obtenir la carte professionnelle

Il faudra vous inscrire auprès de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat ou CMA. Vous serez, dans un premier temps, convoqué pour un examen théorique qui recouvre plusieurs épreuves à base de QCM et de courtes réponses. Les thèmes abordés seront les suivants:  

– La gestion de l’entreprise, la sécurité routière, le développement commercial en gestion propre à l’activité VTC, la réglementation française spécifique de l’activité de VTC, la compréhension du français et de l’anglais.
– L’épreuve pratique consistera à une phase de conduite en circulation.

Pour réussir l’examen, vous devez obtenir la note de 10/20 aux épreuves théoriques et pas moins de 12/20 aux épreuves pratiques.

La carte VTC : pour quel type de véhicule ?

Vous ne pourrez pas utiliser n’importe quel véhicule pour exercer votre activité. Il devra respecter certaines règles :

– Proposer de 4 à 9 places, conducteur inclus ;
– Véhicule récent de moins de 6 ans ;
– Mesurer au minimum 4,50 m de long et 1,70 m de large 
– Avoir une puissance d’environ 120 CV.

Si le choix du véhicule est libre la voiture d’un chauffeur VTC doit toutefois avoir un certain standing.

Peut-on exercer comme chauffeur salarié sans carte professionnelle VTC ?

Non, ce n’est pas possible. Que vous soyez auto-entrepreneur ou salarié, vous êtes dans l’obligation de posséder une carte VTC. De même, si vous décidez d’embaucher un chauffeur, il devra aussi la détenir.
Cette carte doit être affichée sur le véhicule pour qu’elle soit visible de tous.

Attention : faire l’impasse de la carte professionnelle tout en étant chauffeur VTC est passible d’une amende de 15 000 euros assortie d’un an d’emprisonnement.
Si c’est vous l’employeur, cette sanction peut être beaucoup plus lourde avec suspension de permis pendant une longue durée ou encore l’interdiction d’exercer à vie un métier lié au transport routier de personnes.

Et après la carte professionnelle ?


Dès que vous avez reçu votre carte professionnelle et que vous avez immatriculé votre entreprise sous la forme d’une SASU ou en auto-entrepreneur, vous pouvez débuter comme chauffeur VTC.

Cependant, tous les 5 ans, vous devrez suivre une formation VTC de 14 h qui viendra rappeler les fondamentaux du métier dans un souci de sécurité.


Votez ci-dessous en cliquant sur le nombre d'étoile souhaité

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 vote(s), moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...