Période d’essai
Période d’essai

Un employeur peut proposer une période d’essai à son futur employé. Même s’il s’agit d’une période d’essai, elle fait suite à la signature d’un contrat : pas de rupture de période d’essai qui ne soit dûment motivée.

A quoi sert la période d’essai ?

Concrètement, l’employeur pourra vérifier l’adéquation du poste avec les compétences du nouveau salarié au cours de la période d’essai. Le salarié profitera de cette période pour évaluer l’intérêt du poste.
Toute période d’essai réalisée doit figurer dans le contrat de travail. Il faut vérifier que la convention collective la prévoie aussi.

La période d’essai doit être mentionnée dans le contrat de travail

Le contrat de travail doit mentionner la période d’essai et ses conditions.

  • Si le contrat de travail ne la mentionne pas, le salarié sera embauché définitivement à la date de prise de fonction.
  • Si la signature du contrat a été ultérieure à la prise de fonction, l’employeur ne pourra imposer de période d’essai à l’employé.

Combien de temps dure la période d’essai ?

La durée de la période d’essai dépend du niveau de qualification du salarié. Elle est précisée dans le contrat d’embauche et si la convention collective le permet, elle peut être renouvelée une fois. Le Code du travail détermine une durée maximale pour la période d’essai ; généralement pour un CDI, il s’agit de 2 mois pour un ouvrier ou employé, 3 mois pour un technicien, 3 ou 4 mois pour un cadre (selon la convention collective). Ces durées peuvent doubler en cas de renouvellement de la période d’essai.
S’il s’agit d’un CDD de moins de 6 mois, la période d’essai sera limitée à 2 semaines. Pour un CDD de plus de 6 mois, elle sera de 1 mois maximum.
Sous conditions, il est possible de prolonger la période d’essai. Employeur et salarié doivent être d’accord à ce sujet.

Quelle est l’incidence d’une absence ou d’un congé lors de la période d’essai ?

Un salarié en période d’essai est tenu de réaliser un travail effectif : toute journée d’absence pour congés payés sera compensée par une journée de prolongation de la période d’essai.
Cela concerne les absences pour maladie, accident du travail mais aussi la fermeture de l’entreprise pour congés : la période d’essai sera suspendue et prolongée ; le but étant d’expérimenter le travail ensemble et d’avoir le délai nécessaire pour déterminer si le salarié ou le poste attribué correspondent aux attentes de l’employeur et du salarié.

Partagez, c'est gratuit !


1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (Soyez le premier à laisser une note)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié